L’usinage du riz

 

Pourquoi usine-t-on le riz ?

Les grains de riz tels que récoltés (paddy) sont impropres à la consommation ; celle-ci est possible après l’étape du décorticage, d’ailleurs certaines personnes ont une préférence pour le riz complet. Le riz blanchi est majoritairement apprécié des consommateurs. Séparés de leur pellicule de son, ces grains sont moins amers, plus faciles à digérer, et plus pratiques à cuire.

Avant de débuter le traitement proprement dit, les riz paddy sont séchés ventilés puis triés et nettoyés. En passant au travers des trieurs le paddy sera séparé des impuretés telles que brindilles, sable. Les poussières sont aspirées par un système de ventilation très puissant.

 

Le décorticage

Les grains de paddy passent sur deux rouleaux en caoutchouc tournant en sens inverse l’un part rapport à l’autre. Cette opération va libérer le grain sa balle. Le riz obtenu est appelé riz cargo, riz complet ou riz brun. Il sera à nouveau tamisé, nettoyé et calibré.

 

Le blanchiment

Le riz cargo est blanchi par abrasion sur des cônes en émeri. Au fur et à mesure des trois ou quatre passages, le riz va devenir définitivement blanc. Durant ces passages mécaniques, on extrait d’une part du son de riz ou farine basse d’une couleur matte, d’autre part des brisures, c’est à dire du riz qui s’est brisé au court des passages de blanchiment.
Ces sous-produits seront tamisés, calibrés, pour être dirigés vers un circuit destiné à l’alimentation animale.
Le riz blanchi ainsi obtenu est calibré, nettoyé. Avant d’être emballé, il est passé au travers d’un trieur électronique. Tous les grains blanchis passent devant une cellule photoélectrique réglée sur le standard recherché, et tous les grains non conformes seront éjectés du circuit.

Au cours de ces traitements le riz a perdu une certaine part de ses sels minéraux, fibres et vitamines.

 

Voir le schéma explicatif de l’ensemble de la chaine d’usinage