La riziculture française

 


En 1593, Henri IV ordonnait la culture du riz en Camargue. Toutefois, l’histoire de la riziculture moderne débute véritablement au XIXème siècle, après l’endiguement du Rhône. Les pénuries alimentaires de 1940 à 1945 incitent agriculteurs et pouvoirs publics à reconsidérer la riziculture qui se développe après 1945 et jusqu’en 1965. Elle décline ensuite, jusqu’au début des années 1980, essentiellement pour des raisons économiques, tandis que la consommation française augmente de 1,6 kg à 3,2 kg par an et par habitant à cette époque.

La culture du riz assure l’équilibre hydraulique des terres de Camargue, et son absence a des conséquences dramatiques pour l’environnement. Un plan de relance de la riziculture entre alors en vigueur en 1981 et la riziculture française connaît, sous l’effet conjugué des pouvoirs publics et surtout des riziculteurs de Camargue, un renouveau notoire lui permettant à ce jour de représenter jusqu’à un tiers des volumes consommés en France.

En reconnaissance de leurs efforts, ces producteurs ont obtenu le 20 avril 1998 la « Certification de Conformité du Riz de Camargue » et le 5 juin 2000 « l’Indication Géographique Protégée Riz de Camargue ». Le riz produit en Camargue appartient désormais à la classe des produits du terroir français protégés par un label de certification de qualité.